Circonscription de Joigny Centre Yonne
Accueil  >  Espace pédagogique > Pour faire suite au stage de Jean et Jacques Bernardin…

Rubrique Cycle III

Pour faire suite au stage de Jean et Jacques Bernardin…

Le 7 octobre 2008

Voici quelques pistes de travail lancées par Jean et Jacques Bernardin en ORTHOGRAPHE...

ConstatsPropositionsObjectifsMise en placeRemarques
- Nombreuses erreurs d’inattention en copie et en dictée (erreurs plutôt lexicales) Dictée « Attention » - Développer sa rigueur et son attention 1- L’enseignant propose un mot à apprendre par jour. Il l’écrit au tableau pour que chacun le mémorise.
Remarque : Une liste pourra être proposée pour que ceux qui veulent s’avancer dans cet apprentissage puisse le faire.
2- Sur l’ardoise, les élèves écrivent le mot dicté. Ils lèvent l’ardoise pour que le maître vérifie.
3- Chaque détail compte : orthographe, écriture, accent, soin...
4- Si la moindre erreur ou négligence survient dans l’écriture de ce mot, l’élève ne peut passer à l’apprentissage du 2ème mot. Si le mot est rigoureusement écrit, alors l’élève pourra passer à l’étape suivante (2 mots, 5 mots...)
Il est peut être pertinent de faire apprendre aux élèves des mots dont ils pourront réinvestir l’orthographe correcte (mots fréquents).
Les mots invariables semblent incontournables...
Variable : Le Défi Orthographe
L’enseignant relève un mot mal orthographié par un élève dans un cahier ou une leçon.
Il le note sur un post-it qu’il affiche dans un coin du tableau.
Remarque : Il s’agira d’erreurs d’orthographe lexicale.
L’élève a pour objectif d’apprendre l’orthographe de ce mot et de se faire interroger par un camarde en fin de semaine. Un créneau de 10 min hebdomadaire pourra y être consacré.
Chaque élève apprendra donc l’orthographe de SA liste de mots qui s’allongera au fur et à mesure (sachant qu’un mot sera de nouveau relevé sur le tableau quant il saura orthographier le premier...etc.). Ainsi, chacun progresse à son rythme.



ConstatsPropositionsObjectifsMise en placeRemarques
- Nombreuses erreurs en dictée dues à une surcharge cognitive (erreurs plutôt grammaticales)
- Les élèves qui réussissent le mieux en dictée sont ceux qui ont une orthographe dite « naturelle »
Dictée ciblée argumentée - Argumenter l’orthographe d’un mot ou d’un morphème
- Comprendre que chaque mot ne s’écrit pas indépendamment des autres de la phrase - se concentrer sur la notion évaluée
1- Une notion d’orthographe grammaticale est étudiée dans les séances précédentes
2- L’enseignant lit une 1ère fois le texte de la dictée. Les élèves n’écrivent pas.
3- L’enseignant indique la compétence qui sera évaluée à partir cette dictée. Les autres erreurs ne compteront pas.
4- L’enseignant dicte le texte en s’arrêtant phrase après phrase de manière à laisser le temps à tous de justifier l’orthographe choisie.
Cette argumentation devra être écrite sous chaque mot concerné. Les élèves prévoiront 4 lignes sous chaque phrase pour avoir la place d’écrire les justifications de façon lisible.
Remarque : Il faudra faire réfléchir au maximum sur la langue et faire observer que les mots ont une incidence les uns sur les autres dans la phrase. Il faut éviter de ses limiter à : « je ne peux pas remplacer par avait donc c’est à » mais expliquer « ce n’est pas le verbe avoir donc c’est la préposition »
Certains élèves en difficulté prennent souvent la dictée comme un exercice de prise de notes. Ils estiment que la tâche la plus importante à effectuer est d’écrire tous les mots dictés. Ils n’accordent donc pas d’importance (et n’ont de toutes façon pas le temps) de réfléchir à l’orthographe (surtout si elle est grammaticale et qu’elle demande une réflexion sur la langue !). Avec la dictée ciblée argumentée, ils concentrent leurs efforts sur un point donné. Les progrès sont plus que significatifs.
Remarque : Quelques élèves en difficulté ne justifient pas (car trop lourd pour eux) mais effectuent le même travail sans l’écrire. Les résultats sont surprenants.
Variable : La dictée QCM
Le texte de la dictée peut être écrit au tableau avec un QCM pour les mots qui réinvestissent la notion étudiée. L’attention des élèves sera donc principalement portée sur ces points balisés.
Exemple :
Ainsi, les élèves doivent choisir entre :
J’ai travaill-ais/ J’ai travaill-er / J’ai travaill-é et surtout expliquer pourquoi.
Attention ! pas de vendre/vendu/vendait tout de suite !
Remarque : Cet exercice peut très bien être mis en place systématiquement pour les élèves en grande difficulté avec l’écrit.



ConstatsPropositionsObjectifsMise en placeRemarques
- Confusion du rôle de certaines lettres qui sont polyvalentes (lettre muette, marque du pluriel, graphème pour le phonème[…]etc.) La lettre manquante - Prendre conscience dela polyvalence d’une même lettre
- classer un graphème en fonction de son rôle dans la langue
1- L’enseignant choisit la lettre sur laquelle il veut travailler. (« s »par exemple).
2- Chaque élève tente de trouver 5 mots avec la lettre « s ».
3- Par 4, ils construisent un texte qui comprend tous leurs mots (on pourra mettre un mot bonus qui sera mis de côté).
4- Ils repèrent tous les « s » et réécrivent le texte sur une affiche sans les « s ».
5- Chaque groupe va compléter le texte d’un autre avec un feutre différent.
6- Les élèves classent les lettres manquantes en fonction du rôle qu’elles ont dans la langue. Ils écrivent le classement sur une affiche.
7- Chaque groupe présente le classement obtenu. Les comparaisons peuvent alors donner lieu à des discussions qui vont mettre l’accent sur la polyvalence des lettres.
Ce travail se révèle particulièrement intéressant pour la lettre « s », « e », « t », « x ».
L’étude de la lettre finale du participe passé peut très bien passer par cet exercice.
- Prise de note prime sur la réflexion en dictée Dictée préparée - Prendre conscience des difficultés qui peuvent survenir dans la dictée
- Baliser le terrain
1- L’enseignant note le texte de la dictée au tableau.
2- Les élèves repèrent les erreurs possibles.
3- L’enseignant entoure, souligne, indique par des flèches les liens entre les mots pour les accords…etc.
4- Les élèves font la dictée.
5- Les élèves corrigent seuls.
6- La même dictée est refaite la semaine d’après mais sans préparation cette fois.
Tous les élèves participent volontiers à l’exercice de repérage. Les élèves en difficulté mettent facilement le doigt sur ce qui va leur poser problème alors que les élèves « bons en orthographe » s’arrêteront sur les grosses difficultés.
PDF - 101.6 ko
Télécharger cet article en format PDF
OpenDocument Text - 15.8 ko
Télécharger cet article en format OpenOffice
Word - 34 ko
Télécharger cet article en format Word


Anissa E.H.